le shaitsu ca fait mal600

 

"LE SHIATSU, CA FAIT MAL?"

 

On me pose souvent la question, voire on pose ça comme une semi affirmation: "MAIS LE SHIATSU, CA FAIT MAL ..."

Bonne nouvelle, j'ai LA (enfin, ma) réponse.

  • Sachant qu'il existe de nombreuses formes de shiatsu et beaucoup de praticiens, le nombre de combinaisons différentes est important.
  • Sachant également que chacun a une tolérance à la douleur et un désir de sensations qui lui sont propres, nous nous approchons d'un nombre de possibilités infini.

J'ai reçu des shiatsu douloureux, j'ai reçu des shiatsu quasi effleurants.
Dans mon expérience, il n'y a pas de lien entre la douleur et l'efficacité.

J'ai reçu des personnes qui voulaient un shiatsu Yang, "qui rentre", et d'autres, plus Yin qui se raidissaient au contact trop intrusif.

Quand l'un et l'autre sont réellement à l'écoute de leurs sensations, ils arrivent à entrer en confiance, à se relâcher. Les deux se rendent compte qu'ils peuvent s'ouvrir à de nouvelles sensations.

Mon shiatsu a besoin de votre confiance.
 
Oui, le shiatsu peut faire mal.
Non mon shiatsu ne doit pas faire souffrir.

Je considère qu’une douleur signale que l’organisme a mis en place une protection. A partir de là, deux options possibles
  • le corps a mis 20 ans pour se protéger, on ne va pas passer 20 ans à défaire la protection: il faut y aller en force.
  • Le corps a mis en place une protection, je ne vais pas le brusquer, pas le “violer”
J’opte clairement pour la seconde.
 
Et en pratique?
 
En pratique, une séance de shiatsu se fait à deux. Vous et moi.
Il peut y avoir de la douleur.
J’invite toujours à accueillir l’”exquise douleur”, le mal qui fait du bien, mais toujours dans les limites du supportable. Dans vos limites.
Et puis, il y a l’autre douleur, le mal qui fait mal. Par exemple, vous avez une entorse et vous pressez dessus. Et là, clairement, ça dit NON! Je suis là pour respecter ce non.
 
Et votre corps sait où je vais. Il sait aussi où je ne vais pas.
Il est en confiance, moi aussi.
Il m’accueille.
 
Nous sommes ensemble.

 

 

Article initialement publié sur FB. Vous trouverez les réactions ici