MAIEUSTHESIE

DÉFINITION

Le mot « maïeusthésie » a été inventé par son fondateur Thierry Tournebise (illustration ci-contre), en 2000.

Thierry Tournebise
Il est composé

  • du grec maieutikê, « (art) d’accoucher quelqu’un ». maïeutique est la méthode par laquelle Socrate disait accoucher l’âme en dialoguant. Il affirmait ainsi effectuer la "délivrance" des pensées que l’esprit contient sans le savoir.
  • et de Aisthêsis : mot grec signifiant sensibilité, sensation venant de la racine grecque " Aisth " signifiant idée de percevoir, qu’on retrouve dans « anesthésie » avec «an » privatif.

Maïeusthésie désigne donc « l’art de percevoir, d’être sensible au processus d’accouchement, de naissance du Soi ».

 

La maieusthésie est donc le processus qui permet la gestation de l'être par lui-même.
Le symptôme est là pour aider cette venue au monde.

 

L’étymologie de " maïeusthésie " met donc l’accent sur l’accouchement et sur la sensibilité. Elle définit une sensibilité aux délicats processus d’accouchement du psychisme qui s’accomplissent en soi (comme une pulsion inconsciente de vie). La maïeusthésie permet d’accompagner ces processus avec conscience pour qu’ils se déroulent plus vite et plus sereinement.

 

PROPOS

Il s’agit d’une approche où priment l’humain et l’expérience vécue. Son projet thérapeutique est une restauration de la communication du patient avec lui-même.

Elle aide l'Etre dans son parcours d' "individuation", à devenir celui que l’on a à être, celui qui existe déjà quelque part au fond de nous, parfois même en dessous de notre conscience claire.

Un gland donnera toujours naissance à un chêne. Pour autant, chaque arbre qui pousse est modelé par les aleas de la vie. Il s'agit pour nous de lui préparer la route, pour qu'il se déploie au mieux.

APPROCHE

Quoi que fasse un individu, tous ses actes concourrent à sa réconciliation par rapport à ses ruptures antérieures. Et pourtant, nous préférons résister à ce changement et maintenir nos ruptures pour préserver notre personnalité.


anneau de croissance

Les blessures de la vie, les divers traumatismes laissent des traces.

A la manière des anneaux de croissance d'un arbre scié où chaque cercle représente une étape de la vie, celui que je suis aujourd'hui contient tous ceux que j'ai été. A une ou plusieurs époques de ma vie, celui que j'étais et qui a vécu des choses fortes existe à part entière, comme les anneaux de l'arbre. C'est un être de Soi. C'est lui qu'il va être important de rencontrer.

La maïeusthésie aide l'Etre, à devenir celui que l’on a à être, celui qui existe déjà quelque part au fond de nous, souvent même en dessous de notre conscience claire. Elle conduit à suivre son élan naturel de complétude qui s'opère par 2 biais:

  • dans son parcours d' “individuation”, pour permettre à l'Être empêché de se déployer
  • dans son parcours de "remédiation", pour permettre à des Êtres de soi mis en attente d'être accueillis et entendus.

Ces traces (freins, angoisses, douleurs récurrentes inexpliquées, phobies etc) sont autant de symptômes qui ont toute leur raison d'être: une souffrance, une difficulté a été vécue et souvent mise à l'écart parce que trop douloureuse à intégrer dans l'instant. Cette mise à l'écart reste momentanée. Cette part, cet être de nous mis en attente appelle notre conscience en vue d'être enfin entendue, reconnue. de renaître. Ce symptôme est comme une sonnerie de téléphone. Quand allons nous pouvoir décrocher pour entrer en contact avec ce qui appelle?

 

Dans cette perspective, la notion de sain/malade perd son sens.
Tout a une raison d'être.

. La maieusthésie pose qu'il n'y a rien à éliminer, à combattre. Tout combat conduirait à se couper de parties de soi. Il n'y a au contraire que des appels, des manifestations pertinentes

 


Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données